« Dieu a-t-il raté sa création »

« Une histoire biblique des origines – Dieu a-t-il raté sa création », le Mooc du Collège des Bernardins

Après le succès du précédent enseignement « Jésus, l’Incomparable » qui a réuni 30plus de 8 500 inscrits, inscrivez-vous et rejoignez les 15 000 étudiants du monde entier qui suivront du lundi 2 octobre au dimanche 17 décembre « Une histoire biblique des origines – Dieu a-t-il raté sa création », enseigné par le Père David Sendrez. [+]

« Mais tu comprends rien, ma pauv’ fille ! »

A l’occasion de l’Université de la solidarité et de la diaconie, du 30 octobre au 2 novembre 2017 à Lourdes, retrouvez cet article de la Revue L’Apostrophe – été 2017 – Cahier n°2, paru dans la rubrique « Champ libre ».

À PROPOS DE L’AUTEURE Au cours d’un atelier d’écriture, l’animateur avait proposé un exercice tout simple, destiné à faire remonter des souvenirs, anciens ou récents, anecdotiques ou sérieux, puis d’en « déplier » un : chaque participant était invité, comme s’il se regardait vivre ce dont il se souvenait, à nommer non seulement ce qui s’était passé, mais surtout ce qu’il avait ressenti à l’époque. Comme une évidence, tant elle l’avait hantée, Claudine avait choisi cette petite phrase : « Mais tu comprends rien, ma pauv’ fille », qui avait résonné dans son enfance, comme un refrain lancinant, et avait eu de lourdes conséquences dans sa vie, y compris d’adulte. Comme une humiliation. Maintes fois réitérée. (Texte de Jean-Marc Boisselier)

« Mais tu comprends rien, ma pauv’ fille ! »

« Mais tu comprends rien, ma pauv’ fille ! »

Encore maintenant, j’entends, dans ma tête,

Ma mère ou la maîtresse me répéter ce refrain :

« Mais tu comprends rien, ma pauv’ fille ! »

 

« C’est pourtant pas compliqué, bon sang… »

Et, paf, prends ça dans les dents !

« T’es trop bête ma pauv’ fille ! »

Et me voilà nouée jusqu’à l’os devant la page de lecture.

 

Comment dire quand on est bloquée ?

J’avais beau essayer de faire des efforts,

J’avais l’impression que mon corps devenait électrique et se remplissait de béton

« Mais tu comprends rien, ma pauv’ fille ! »

Ça devait être vrai, puisque tout le monde le disait.

Il y avait bien quelque chose dedans qui me donnait envie de crier

Que ce n’était pas vrai, que c’était les autres qui ne comprenaient rien !

Mais c’était serré, bloqué, bétonné : hurlante à l’intérieur… et muette.

 

Des fois, j’avais tellement de larmes à l’intérieur

Qui ne pouvaient pas sortir

Que je croyais que j’allais m’y noyer.

Peut-être alors, ils comprendraient, tous.

 

La vie a passé. Il y avait toujours… moi dedans… et moi dehors.

Des corps sont passés sur moi dehors,

Qui ne se sont jamais arrêtés sur moi dedans.

« T’es bonne qu’à ça, ma pauv’ fille ! »

 

Nom de…

Je n’ai pas de mots assez forts, de jurons assez puissants

Pour décrire la violence de ce que j’ai ressenti

Le jour où ma mère m’a renvoyé ces mots dans les dents !

 

Une fois de plus, j’en suis restée extérieurement muette, assommée,

Mais quelque chose a hurlé, puis lâché en moi, dedans.

Une digue s’est fracassée sur mes parois de béton,

Me livrant, moi dehors, sans plus de résistance, à l’inimaginable.

 

J’ai continué à me murer solidement en moi-même, au plus profond,

Pour exister quelque part, en dépit de tout, dans l’impénétrable.

Littéralement.

 

Mais ma tentative de repli a tourné au désastre ;

L’armure elle-même s’est faite menace,

Rongeant et grignotant de l’intérieur le peu de moi vivant,

Inexorablement. Sans espoir de retour.

 

J’ai tenté un sursaut, rageur, désespéré, essayé de me battre,

Seule, à mains nues…

En vain.

Il est des prisons dont on ne s’évade pas.

 

Alors…

 

Les ongles inexistants à force d’essayer de desceller le mur,

Lasse d’assister, impuissante, à l’impitoyable externe dégradation,

Aphone à l’interne, à force de hurler sans parvenir à me faire entendre,

J’ai tenté de me jeter du haut de la falaise de l’oubli.

 

Raté…

Évidemment.

« Même ça, ma pauv’ fille ! »

Le pire, c’est que, cette fois, c’était mes mots à moi !

 

Je me suis retrouvée à flotter entre quatre murs blancs,

Branchée de partout.

Plus cassée que jamais.

Étrangement calme, aussi.

Entre blouses assorties aux murs et mines désolées,

Discours décalés et regards surplombants,

Entonnant une énième version de l’éternel refrain…

« Mais ça va pas, la tête, ma pauv’ dame ! »

 

Ben non.

 

Non, ça ne va pas. Je crois même l’avoir hurlé à pleins poumons !

Extérieurement, cette fois… Comme un premier cri de l’être,

Comme on jette une bouteille à la mer,

Histoire de se raccrocher à l’ombre fuyante d’un dernier espoir.

 

Je sais aujourd’hui que ce fut, malgré tout, un premier pas,

Une première fissure dans mon mur de béton.

Une invitation à tenter autre chose que passes, rapaces, carapace,

Impasses… Et manque.

 

Naïvement, j’ai voulu croire que de nouveaux horizons étaient possibles

Même si je ne parvenais pas à en percevoir les lignes.

Même si le futur semblait vouloir s’obstiner à me filer entre les doigts.

Insaisissable. « Pas pour toi, ma pauv’ fille ! »

 

« Question de volonté », m’a dit un jour une bénévole…

Ben voyons ! L’envie de crier m’est revenue. Avec la colère…

Non, mais ce n’est pas vrai !

Comment peut-on oser prétendre des trucs pareils alors que tant de choses nous échappent ?

 

Bouée après bouée, pourtant, je me suis accrochée,

Grâce à la colère, justement, peut-être…

Comme j’ai pu, j’ai ramé, de grain en grain. De toute beauté.

En mer inconnue, sans compas ni boussole.

 

Tout a continué à rester compliqué…

 

« Enfin, Madame, il manque votre papier machin… »

« Mais ça fait une heure que j’attends, je suis déjà venue deux fois. »

« Et vous n’avez pas renvoyé votre déclaration.

C’est pourtant pas sorcier, bon sang ! »

 

Et, paf, pour tes dents !

Ou ce qu’il en reste.

 

Je ne savais même pas quelle tête pouvait avoir le papier qui manquait.

Pour moi, tous ces papiers, toutes ces démarches,

C’était l’Himalaya par la face Nord

Sans oxygène et sans équipement !

 

J’ai fini par laisser tomber, me laisser partir, cette fois sans retour.

De toute façon…

 

Jusqu’à notre rencontre, ton regard, ton sourire, ta chaleur…

Cet ultime effort, mon premier grand risque, ma dernière chance.

Tout mon corps gonflé comme pour faire exploser le mur,

L’un tirant doucement, l’autre poussant… Une naissance.

 

Ces torrents de larmes contenues qui s’évacuent d’un coup…

Alors, seulement, j’ai mis un mot sur le mal dont j’ai failli mourir

Six lettres terribles…

 

Le mépris.

Claudine

Marche paroissiale de rentrée, Dimanche 1er octobre !

Devenons disciples missionnaires ! Partageons ce que nous avons reçu ! Prenons des forces et suscitons un élan pour nos communautés. Dimanche 1er octobre !

En famille, entre amis ou bien seul, adeptes de la randonnée ou pas, venez vivre une belle journée de marche et de partage convivial sous le signe des disciples missionnaires.

De marche en marche , De partage en partage

Départ après les messes, pique-nique (tiré du sac) dans le bois de Clamart ou à Saint François de Sales selon le temps.

Lancement de la marche vers 13h30 et

rencontre chez les Filles de la Sagesse à Clamart vers 16h

échanges, rires et prières…

 

Seigneur, viens retourner mon sablier, convertis mon cœur

 

Seigneur, je suis comme un sablier : ma vie s’écoule, comme par distraction, elle s’épuise au fil du temps qui passe. 
Je suis parfois fatigué de la vie, j’en perds le goût, le vide s’installe, mes énergies s’épuisent. 
Ma foi glisse et fuit comme le sable, mon espérance est presque vide, 
mon goût des autres diminue, bientôt, il ne restera plus rien.

En bas, inerte, il y a mon passé retourné en poussière, les déceptions qui s’accumulent, 
les échecs en tas, les ruptures, les souffrances, tout ce qui m’empêche d’oser la vie.

Seigneur, je compte sur Toi : viens retourner mon sablier, convertis mon cœur. 
Fais-moi la Grâce de rencontres renversantes. 
Que ma vie reparte, chargée de mes petites audaces, gonflée de mes émerveillements, lestée de mes quelques réussites, pesante de l’amour reçu des autres, et grave de Ton Amour. 
Ne laisse pas la mort créer le vide, c’est le plein vivant qui Te fait honneur.

Ainsi soit-il.

 

Père Jean-François Meurs, Prêtre Salésien de Don Bosco (s. d. b.), Directeur de la Communauté du Centre Fernand Orban de Xivry, le centre spirituel de Farnières dans les Ardennes belges.

Partagez en commentaire vos prières préférées.

Exposition « Chrétiens d’Orient. Deux mille ans d’histoire »

L’exposition « Chrétiens d’Orient. Deux mille ans d’histoire » offre, dès le 26 septembre à l’Institut du monde arabe, un éclairage inédit sur leur rôle majeur au Moyen-Orient. Par ailleurs, depuis juillet 2017, « l’Opération Mossoul-Ninive », menée par l’Œuvre d’Orient, encourage les chrétiens d’Irak a retourner chez eux. Deux occasions de s’unir aux Chrétiens d’Orient et de les soutenir.

« Avec le pape François, la Conférence des évêques de France appelle « à s’engager de toutes ses forces pour la protection des civils… c’est une obligation impérative et urgente ! » (Déclaration du Conseil permanent le 14 décembre 2016)

Les Chrétiens d’Orient sont les premiers disciples du Christ, puisque c’est à partir de Jérusalem que les apôtres ont été envoyés par le Seigneur. Quoique nombreuses et historiquement implantées, les communautés chrétiennes subissent, dans plusieurs pays, des discriminations voire des persécutions, notamment en Égypte, Irak et Syrie.

La France accueille des chrétiens de toutes les Églises d’Orient. Le tableau de leur implantation est révélateur de leurs diversités, et témoigne de la richesse de leurs traditions et de leurs liturgies auprès des catholiques français appelés à les découvrir dans une conscience plus vive de l’unité de l’Église.

Dieu a-t-il raté sa création ?

Une histoire biblique des origines – Dieu a-t-il raté sa création ?

Qu’est-ce que le péché originel ? Pourquoi l’Eglise catholique interprète-t-elle le récit d’Adam & Eve en termes de chute et de péché ? La doctrine catholique serait-elle misanthrope ?

https://player.vimeo.com/video/226740691?title=0&byline=0&portrait=0

Le site Croire.com est partenaire de ce MOOC.

A qui s’adresse ce MOOC

Ce MOOC s’adresse à tous ceux qui perçoivent le récit d’Adam et Eve comme l’un des plus grands récits fondateurs de l’histoire de la culture. Que l’on soit croyant ou pas, que l’on soit juif, chrétien ou musulman, le livre de la Genèse est un texte source. Son influence considérable est abondamment illustrée par l’histoire de l’art. Le mythe d’un âge d’or révolu traverse un très grand nombre de cultures et peut-être même toutes ; c’est un thème universel, pris en charge par la Bible d’une manière spécifique. L’envie de sonder les origines mystérieuses de l’humanité et les profondeurs de la sagesse biblique est un prérequis nécessaire au suivi de ce MOOC. Avoir une idée générale de l’organisation des livres qui constituent la Bible (en particulier l’articulation Ancien Testament – Nouveau Testament) peut être un avantage sans être une condition.

Le dogme du péché originel est une spécificité catholique. L’expression « péché originel » n’est pas dénuée d’ambiguïté. Ce thème est révélateur d’enjeux importants, puisqu’il engage une vision du monde, de l’histoire, de l’être humain et même de Dieu. Il nous fait parcourir deux mille ans de théologie chrétienne, émaillés de rebondissements et porteurs en même temps d’un message cohérent. Ce MOOC intéressera ceux qui s’interrogent sur la manière dont l’Eglise interprète la Bible. Le texte de la Genèse, témoin d’une sagesse ancestrale, appartient au patrimoine de l’humanité. Il ne peut néanmoins pas être lu sans que soient prises en considération les traditions qui ont produit ce texte et ses interprétations.

Objet du cours

L’objectif du MOOC est de montrer que le dogme du péché originel procède d’une lecture chrétienne des Ecritures et de l’histoire. S’il est dogmatiquement nécessaire de postuler quelque chose comme un péché originel, un certain nombre de questions resteront sans réponse (quelle est la définition du péché originel ? Qui donc est Adam ? Qu’a-t-il fait ? Pourquoi le mal ?), car le but de la théologie dogmatique n’est pas de fournir un système philosophique. Il s’agit donc d’entrer dans une démarche interprétative et d’intelligence de la foi.

Ce cours en ligne aborde un secteur de la théologie qui fait l’objet d’un travail intense de la part des théologiens, encore aujourd’hui. Il existe plusieurs compréhensions possibles du péché originel. Certaines de ces compréhensions sont en concurrence, au moins quant à quelques-uns de leurs aspects. Nous aurons besoin de rassembler, pendant notre parcours, des données de diverse nature (Bible, tradition, auteurs chrétiens majeurs, théologiens, conciles).

Le résultat attendu est une meilleure perception de l’« organicité » des vérités de la foi. Celles-ci forment un tout cohérent dans lequel s’inscrit opportunément le dogme du péché originel. Nous vérifierons que le centre du message n’est pas le péché mais l’annonce du Christ sauveur, le nouvel Adam.

Contenu du cours

Le cours se déroulera sur dix semaines suivies d’une évaluation finale et d’une séance de conclusion. Il explique l’histoire de la doctrine du péché originel tout en honorant les thèmes essentiels relatifs à cette question (historicité, mort, révélation, problème du mal, salut…). La thèse principale est la centralité du Christ ; la construction du cours n’est donc pas strictement linéaire mais elle implique des reprises.

En effet, un va et vient est nécessaire entre les données bibliques, l’histoire de leur interprétation et l’évolution de notre compréhension du monde. La Révélation n’est pas un texte figé mais un dévoilement jamais achevé de Dieu et de notre vocation ultime. Le péché originel, parce qu’il engage la question du salut et de son rapport à l’histoire, est un thème appelé à être fréquemment repris pour être compris à nouveau.

I. Parcours biblique

Semaine 1) Le récit de la Genèse
1. Les premiers chapitres du livre de la Genèse nous donnent nos coordonnées GPS (sabbat ; éthique ; histoire d’avant l’histoire)
2. Mythe et histoire : faire de l’histoire et parler de l’histoire
3. Lecture chrétienne du livre de la Genèse

Semaine 2) Au commencement
1. Création et commencement : fixer le cadre de l’Alliance
2. Parler des origines : savoir d’où l’on vient et savoir où l’on va
3. Création et péché originel : comprendre l’origine à partir de la fin

II. Tradition chrétienne

Semaine 3) Interprétation
1. Saint Augustin
2. Luther
3. Le concile de Trente

III. Vision catholique

Semaine 4) Éléments dogmatiques : le baptême
1. Le baptême enlève totalement le péché originel
2. La concupiscence n’est pas un péché
3. Le péché originel est-il un péché ?

Semaine 5) Éléments dogmatiques : le rapport péché – mort
1. Les « conciles » et le concile : Carthage, Orange, Trente
2. Le Catéchisme de l’Eglise Catholique
3. Il y a mort et mort

IV. Reprise systématique et prolongements

Semaine 6) Péché originel originant
1. Ce qui s’est passé : peut-on lire le mythe comme un livre d’histoire ?
2. Péché et mort (à nouveau) : l’homme devait-il mourir ?
3. Alliance et ombres : le projet de Dieu et le péché du monde

Semaine 7) Adam et le Christ ? Ou le Christ et Adam ?
1. Adam a-t-il existé ?
2. Le Christ, nouvel Adam
3. Fils d’Adam, fils de Dieu (péché originel originé)

Semaine 8) Le mal
1. Le mal et les maux
2. L’énigme est plus féconde que l’explication
3. Théodicée : Dieu convoqué devant notre tribunal

V. Le Christ : clé d’interprétation

Semaine 9) Le Christ, centre de l’histoire
1. Ténèbres et lumière, aux origines
2. Le Christ, lumière venue dans le monde
3. Le mystère de la Croix

Semaine 10) Le fruit était-il défendu ?
1. La vertu n’est pas fille de l’ignorance
2. L’arbre de vie dans la Bible
3. L’eucharistie

VI. Excursus

Semaine 11) Les philosophes et l’espérance
1. Immanuel Kant
2. Jean-Jacques Rousseau
3. Friedrich Nietzsche

Travail hebdomadaire

Le travail hebdomadaire est à l’appréciation de chacun. Cela représente un investissement de 30mn à 1h30 par semaine, dans la mesure où sont mis en ligne chaque lundi (et disponibles jusqu’à la fin du MOOC) :

  • Trois vidéos de cours à visionner et/ou télécharger ;
  • Une activité sous forme de cinq questions à réponse unique ou multiples ;
  • Des documents d’approfondissement à lire, visionner et/ou télécharger ;
  • Un travail dirigé hebdomadaire pour préparer la séance suivante ;
  • Un forum pour échanger avec les autres participants et interroger l’enseignant ;
  • À la fin de certaines parties du cours, un devoir de synthèse évalué par les pairs ;
  • Au terme du parcours, une évaluation finale en ligne suite à laquelle le participant pourra demander, en fonction de sa moyenne globale, une attestation de réussite numérique d’un montant de 15€, accompagnée d’un livret bonus au format pdf.

Outils à disposition

De nombreux outils pédagogiques seront à disposition des participants :

  • Un billet vidéo de l’enseignant et une illustration introduiront chaque séance du MOOC ;
  • Une foire aux questions mise à jour régulièrement répondra aux interrogations les plus fréquentes ;
  • Une newsletter hebdomadaire vous informera et vous guidera au fil du cours ;
  • Plusieurs interventions en direct de l’enseignant permettront de répondre à des questions présélectionnées ;
  • Il sera en outre possible de suivre le MOOC via sa tablette ou son smartphone ;
  • SINOD sera enfin présent sur Facebook et Twitter.

L’enseignant

Titulaire d’un DEA de philosophie (Paris IV) et Docteur en théologie (Grégorienne, Rome), le Père David Sendrez est professeur à l’Ecole Cathédrale du Collège des Bernardins, au sein de la Faculté Notre-Dame, de l’Institut Supérieur des Sciences Religieuses et des Cours publics. Aumônier de collège-lycée dans l’enseignement public à Paris, de 2011 à 2016, le Père Sendrez est actuellement vicaire à Saint Jacques du Haut-Pas. Son domaine de prédilection concerne la rationalité théologique.

Publications récentes

– Articles dans des revues à comité de lecture :

  • Le fondement de l’intelligence de la foi selon Karl Rahner, in Transversalités n°138, juillet-sept. 2016
  • A propos de Oser la bienveillance de Lytta Basset , in Revue théologique des Bernardins n°15, sept-déc 2015

– Recensions :

  • De François Euvé, Brigitte Cholvy, Jérôme Alexandre (dir.), L’action créatrice. Ce qu’en dit la Théologie, Paris, DDB, 2012, in Revue théologique des Bernardins n°11, mai-août 2014

Hop teen Sunday pour les ados !

 

HOPETEEN SUNDAY
Flash Info - Hopeteen Sunday
HOPETEEN REDÉMARRE POUR SA 4ème ANNÉE AVEC UN NOUVEAU
« HOPETEEN SUNDAY ».

NOUS AVONS LA CHANCE DE VOIR HOPEN S’INSTALLER
À BOULOGNE À LA RENTRÉE !

Quand ? Dimanche 1er octobre, de 10h45 à 18h à l’Immaculée-Conception à Boulogne,
une journée festive se prépare avec notamment le témoignage exceptionnel
du père Benoît Pouzin, cofondateur de Glorious.

Plus d’informations : www.weezevent.com/hopeteensunday2017

DIOCESE92.FR
Facebook   Twitter   Instagram   YouTube