L'avent

L’avent est un temps de préparation à Noël pour les chrétiens. Nous ne sommes pas en avance en comparaison de ce que nous pouvons voir autour de nous : sapins de Noël et décorations extérieures bien installés, publicité vantant produits de confort, de jeux et de gastronomie, spectacles de Noël qui auront lieu bien avant le 25 décembre. Ainsi les préparatifs de Noël vont-ils se mêler aux festivités qui ne sauraient attendre la date effective.

Les chrétiens, pour se préparer à Noël, cultivent l’esprit de l’attente. Attendre, c’est d’abord faire le constat d’une absence : on attend le train parce qu’il n’est pas là ! Alors, le Christ serait-il absent de notre monde et de nos vies ? Ou ferions-nous «semblant», l’espace de 3 ou 4 semaines, à l’image du santon de l’Enfant-Jésus caché derrière un faux rocher de la crèche ? Il est déjà là et il n’est pas encore là !

Oui, c’est ce qu’il nous faut affirmer face à un monde qui vit en absence de Dieu et c’est ce qu’il nous faut affirmer même si nous croyons en la Présence réelle. Le Christ est réellement présent dans sa parole, quand « deux ou trois sont réunis en mon nom » (Matthieu 18,20), dans les sacrements et « au plus haut point» dans l’eucharistie. C’est une affirmation du concile Vatican II. Il est aussi présent dans « le plus petit d’entre les miens » (Matthieu 25,40). Il est donc bien présent à nos vies, dans notre monde, mais pourtant nous attendons aussi sa venue.

C’est le sens de l’avent : il va venir. Nous nous préparons à rappeler sa venue par sa naissance à Bethléem mais nous prenons acte qu’il nous manque et que nous attendons sa venue définitive dans la gloire. C’est ce que nous chantons à chaque messe au moment de l’anamnèse. S’il nous manque, c’est qu’il n’est pas encore tout à fait là. Nous avons 24 jours pour prendre conscience de ce manque, étape préalable à une vraie attente. Souvenons-nous combien l’attente d’un Messie a nourri la vie du peuple hébreu et recherchons les lieux où l’absence du Christ se fait particulièrement sentir dans notre monde. En vivant davantage la fraternité avec nos proches et avec ceux que nous ne regardons plus, se lèvera un peu de la lumière véritable, celle du Christ qui vient comme un petit pour les hommes, un petit enfant qui prend notre nature d’homme.

Marie-Do

Dans l’Espérance de la résurrection dans le Christ.

Une messe d’adieu et d’action de grâce pour la vie de Marie-Do sera célébrée à Sainte Marie-Madeleine mardi 3 décembre à 14h ,

L’inhumation aura lieu au cimetière du Plessis Robinson dans la sépulture familiale où son fils Etienne, François, Marie est déjà.

Une collation sera offerte dans la crypte de Sainte-Madeleine.

Une offrande peut être faite : https://cagnotte.me/26312-obseque-marie-dominique-catteau/fr

Olivier et ses enfants Albane, Evrard, Hilaire, Hortense et Aymeric Catteau, 16 rue Robert Duffour, 92350 Le Plessis Robinson